>>La reine Zénobie

La reine Zénobie dans la culture

La reine Zénobie (Palmyrene: De droite à gauche, les lettres BETH, TAW, ZAYIN, BETH, YODH: (Btzby), prononcé Bat-Zabbai, c.240 – c.274 AD) était une reine du troisième siècle de la Syrie Empire de Palmyrene. Beaucoup de légendes entourent son ascendance; elle est née d’une noble famille Palmyrene et a épousé le dirigeant de la ville, Odaenathus. Son mari devint roi en 260, élevant Palmyre au pouvoir suprême au Proche-Orient en battant les Sassanides et en stabilisant l’Est romain. Après l’assassinat d’Odaenathus, Zénobie est devenue la régente de son fils Vaballathus et a exercé un pouvoir de facto tout au long de son règne.En 270, Zenobia a lancé une invasion qui a amené la majeure partie de l’Est romain sous son empire et a abouti à l’annexion de l’Egypte. Au milieu de l’année 271, son royaume s’étendait d’Ancyra, en Anatolie centrale, jusqu’au sud de l’Egypte, bien qu’elle soit restée nominalement subordonnée à Rome. Cependant, en réaction à la campagne de l’empereur romain Aurélien en 272, Zénobie déclara son fils empereur et prit le titre d’impératrice (déclarant la sécession de Palmyre de Rome). Les Romains ont été victorieux après de lourds combats; la reine fut assiégée dans sa capitale et capturée par Aurélien, qui l’exila à Rome où elle passa le reste de sa vie.

La reine Zénobie Nom et apparence

La reine Zénobie est né c. 240-241. Elle portait le gentilicium (nom de famille) Septimia, et son nom natal Palmyrene était Bat-Zabbai (écrit « Btzby » dans l’alphabet Palmyrene, un nom araméen signifiant « fille de Zabbai »). Dans la diplomatique et la deuxième langue de Grec-Palmyre, utilisée dans de nombreuses inscriptions palmyréniennes, elle utilisa le nom de Zenobia («celui dont la vie dérive de Zeus»). L’historien du IXe siècle, al-Tabari, dans son récit hautement romancé, écrivit que le nom de la reine était Na’ila al-Zabba. Des sources manichéennes l’appelèrent «Tadi».

Origine, famille et début de la vie

La société palmyrène était un amalgame de tribus sémitiques (principalement araméennes et arabes), et Zénobie ne peut être identifiée à aucun groupe; en tant que Palmyrène, elle aurait eu du sang araméen et arabe. L’information sur l’ascendance de Zenobia et les liens familiaux immédiats est rare et contradictoire. On ne sait rien sur sa mère, et l’identité de son père est débattue. Les sources manichéennes mentionnent une « Nafsha », soeur de la « reine de Palmyre », mais ces sources sont confuses et « Nafsha » peut se référer à Zenobia elle-même: il est douteux que Zenobia ait eu une soeur.

Reine de Palmyre

Au cours des premiers siècles après JC, Palmyre était une ville subordonnée à Rome et une partie de la province de Phénicie en Syrie. En 260, l’empereur romain Valérien marcha contre le monarque persan sassanide Shapur Ier, qui avait envahi les régions orientales de l’empire; Valerian a été vaincu et capturé près d’Edessa. Odaenathus, formellement loyal à Rome et à son empereur Gallienus (le fils de Valerian), a été déclaré le roi de Palmyra. Lançant des campagnes réussies contre la Perse, il fut couronné roi des rois d’Orient en 263. Odaenathus couronna son fils aîné, Herodianus, comme co-souverain. En plus des titres royaux, Odaenathus a reçu de nombreux titres romains, le plus important correcteur totius orientis (gouverneur de l’Est entier), et a régné les territoires romains de la mer Noire à la Palestine. En 267, alors que Zénobie était à la fin de la vingtaine ou au début de la trentaine, Odaenathus et son fils aîné furent assassinés en revenant d’une campagne.

2018-11-14T18:46:36+00:00