>>Bertrand Cantat

Bertrand Cantat (né le 5 mars 1964) est un musicien français et ancien leader du groupe de rock Noir Désir. En 2003, il a été reconnu coupable de meurtre (« meurtre avec intention indirecte » – dolus eventualis) de l’actrice française Marie Trintignant. Il est revenu à Noir Désir après sa sortie de prison en 2007, jouant avec le groupe jusqu’à sa dissolution en 2010.

En 2003, Bertrand Cantat entame une liaison avec l’actrice française Marie Trintignant. Le 26 juillet de la même année, Cantat et Trintignant se sont battus dans une chambre d’hôtel à Vilnius, en Lituanie, à la suite d’un différend sur un texto. Sept heures plus tard, le frère de Trintignant appelle les services d’urgence pour se rendre dans la chambre d’hôtel lituanienne du couple, alors que Trintignant a sombré dans le coma. Elle est morte d’enflure au cerveau plusieurs jours plus tard à l’hôpital. L’examen post-mortem suggéra que Bertrand Cantat avait infligé 19 coups à la tête de Trintignant, provoquant des lésions cérébrales irréversibles. Au tribunal, Cantat a affirmé avoir « giflé » Trintignant quatre fois avant de la mettre au lit. Après avoir reçu un texto de son ex-mari, il affirmait qu’il avait jeté une rage jalouse. Trintignant avait 41 ans au moment de sa mort et a laissé quatre jeunes garçons. Les experts médicaux français lors de l’audience ont confirmé la réclamation de Bertrand Cantat concernant la gifle, ainsi que son affirmation selon laquelle il ne pouvait pas dire que Trintignant était en train de mourir. Sa maison a été incendiée à Moustey. Son épouse et ses deux enfants devaient initialement être dans la maison à cette époque, mais étaient à Bordeaux, à la place.

Le 29 mars 2004, Cantat a été condamné par le tribunal régional de Vilnius, en vertu de l’article 129 du Code pénal lituanien, à huit ans de prison pour meurtre, commis avec intention indirecte (dolus eventualis). Le verdict fut d’abord interjeté par la famille de Marie Trintignant, qui estimait que son homicide justifiait une peine plus sévère, et plus tard par Bertrand Cantat lui-même, qui voulait que le tribunal supérieur reclasse son crime comme homicide involontaire et diminuât ainsi sa peine. Les deux parties ont finalement décidé d’annuler leurs appels, ce qui a rendu la peine initiale de huit ans. À la demande de ses avocats, Cantat a été transféré d’une prison lituanienne à une prison près de Muret, en France, le 28 septembre 2004. Cantat a purgé quatre ans de sa peine de huit ans de prison. Selon la loi française, après que la moitié de la peine d’emprisonnement a été purgée, un criminel ayant une bonne conduite peut être libéré pour purger le reste de sa peine en liberté conditionnelle.

Bertrand Cantat développe une écriture personnelle et poétique inspirée par BaudelaireMallarméLautréamontRimbaud et Maïakovski. Il évolue, à partir de l’album Tostaky, vers des textes plus concis et imagés. Certains textes figurant dans 666.667 Club, sont ouvertement politiques : il dénonce la montée du Front national dans Un jour en France, le culte de la réussite et de la vitesse dans L’Homme pressé, la mondialisationdans Fin de siècle.

2018-10-28T21:56:43+00:00